26/07/2022
Ouverture à Djibouti de la réunion du comité de pilotage de l'étude de préfiguration du mécanisme financier du plan d'investissement climat pour la région du Sahel


Le ministre de l'Environnement et du développement durable, M. Mohamed Abdoulkader Moussa Helem, a présidé ce mardi au Sheraton Hôtel, les travaux de la troisième réunion du comité de pilotage de l'étude de préfiguration du mécanisme financier du plan d'investissement climat pour la région du Sahel (PIC-RS).

Cette importante rencontre régionale de deux jours a réuni, outre les membres du COPIL, les experts du fonds vert pour le climat de 15 pays (Benin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gambie, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad) sur 17 pays que compte de la CCRS ainsi que des experts du Royaume du Maroc (pays partenaire fondateur de la CCRS et bailleur de l’étude).

Ont également participé à cette réunion le secrétaire général du ministère de l’environnement, M. Dini Abdallah Omar, le coordonnateur du CTO-CCRS, M. Issifi Boureima, la directrice du 4C Maroc, Mme Rajae Chafil, le directeur de l’environnement, M. Houssein Rirache Robleh.

L’objectif global de cette troisième réunion du comité de pilotage est de contribuer à la mise en œuvre de la feuille de route du processus de l’opérationnalisation de la Commission Climat pour la Région du Sahel (CCRS).

Au cours de cette rencontre, les participants vont examiner et valider le rapport global final présentant les résultats globaux de l’étude du mécanisme financier du PIC-RS. Ils examineront et valideront la feuille de route pour l’opérationnalisation du fonds climat sahel.

Dans un discours prononcé à cette occasion, le ministre de l'Environnement et du développement durable, M. Mohamed Abdoulkader Moussa Helem, a indiqué que cette rencontre constituera une étape essentielle dans la finalisation de cette étude de préfiguration du mécanisme financier du plan d'investissement climat pour la région du Sahel qui constitue le Fonds Climat Sahel (FCS).

« Il s’agira, a-t-il dit, de valider de tous les livrables de l’étude, et amorcer le processus de leur approbation par les instances politiques notamment la réunion ministérielle ».

Le ministre a rappelé que les changements climatiques constituent aujourd’hui une menace réelle et un grand défi pour le développement de tous les pays, notamment pour les pays africains et les petits états insulaires.

Selon lui, « à l’instar des autres pays de l’Afrique, la république de Djibouti est particulièrement vulnérable aux effets néfastes des changements climatiques ». « Les conséquences des changements climatiques se manifestant par la dégradation des terres, les sécheresses récurrentes, les inondations diluviennes, l’apparition récente des cyclones, les vents violents, l’élévation du niveau de la mer et la  température moyenne de l’atmosphère, la diminution du pouvoir d’achat des couches les plus pauvres et les prévisions relatives à l’impact des changements climatiques sont particulièrement alarmantes et cela sape inexorablement nos efforts pour le développement durable et la lutte contre la pauvreté », a indiqué le ministre de l’Environnement.

La directrice du 4C Maroc, Mme Rajae Chafil, a pour sa part souligné que la réunion du comité de pilotage à Djibouti témoigne de l’engagement profond des pays membres de la commission climat du sahel en faveur de l’appropriation de leur fonds climat sahel.


De son coté, le coordonnateur du CTO-CCRS, M. Issifi Boureima, a fait savoir que c’est grâce à l’appui technique et financier du Royaume du Maroc que cette importante étude a été possible.

Notons que ce mécanisme (Fonds Climat du Sahel) contribuera à l'effort mondial d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre (GES) et renforcera la capacité d'adaptation et de résilience de la Région du Sahel face au changement climatique.

HM

Source :ADI