04/01/2024
Le nouvel émir du Koweït nomme un diplomate chevronné au poste de premier ministre


Le nouvel émir du riche État pétrolier du Golfe, qui a succédé à son demi-frère décédé en décembre, a nommé jeudi un diplomate chevronné, Mohammed Sabah al-Salem Al-Sabah.


Cet économiste de 68 ans, a «été chargé de nommer un nouveau cabinet», selon Kuna, avec l'espoir de sortir le pays d'une longue crise politique et réformer un secteur public hypertrophié. Fils de l'émir Sabah Al-Salem Al-Sabah, qui a régné de 1965 jusqu'à sa mort en 1977, le nouveau premier ministre est une personnalité populaire dans son pays.


Ancien ambassadeur aux États-Unis


Diplômé de Harvard, il a occupé notamment le poste d'ambassadeur du Koweït aux États-Unis pendant dix ans, puis celui de ministre des Affaires étrangères, avant de démissionner en 2011 en pleine crise politique.


Sa démission avait à l'époque été perçue comme un geste de protestation contre l'inaction du gouvernement, accusé de mauvaise gestion et de corruption. «Ses positions anti-corruption (...) en 2011 lui ont valu le respect des Koweïtiens», souligne auprès de l'AFP Badr al-Saif, de l'université du Koweït.


Le pays du Golfe, frontalier de l'Arabie saoudite et de l'Irak, renferme 7% des réserves mondiales de brut et possède l'un des fonds souverains les plus puissants au monde.


Pour l'analyste koweïtien, Ayed Al-Mannaa, le nouveau premier ministre dispose de «l'expérience diplomatique et les qualifications académiques nécessaires pour mettre en œuvre les réformes envisagées» par le souverain. «Nous avons besoin (...) d'un gouvernement composé de personnes compétentes et d'hommes d'Etat qui n'ont pas peur d'être interrogés par le Parlement.»

Source :AFP