28/10/2023
Combats au sol et bombardements massifs dans Gaza coupé du monde


Des combats au sol font rage samedi dans la bande de Gaza, cible de frappes israéliennes sans précédent trois semaines après le début de la guerre entre Israël et le mouvement palestinien Hamas, et coupée du monde en raison de l'arrêt des télécommunications et d'internet.


L'ONU a dit craindre une "avalanche de souffrances humaines" dans le territoire palestinien assiégé, et l'Assemblée générale de l'organisation internationale a adopté vendredi une résolution réclamant "une trêve humanitaire immédiate". Un texte non-contraignant salué par le Hamas mais rejeté par Israël, qui continue à pilonner Gaza et à y mener des raids terrestres.


"Nous faisons face à des incursions israéliennes au sol à Beit Hanoun (nord) et al-Boureij (centre). De violents combats sont en cours", a affirmé la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, vendredi soir dans un communiqué.


Un porte-parole de l'armée israélienne a confirmé de son côté à l'AFP dans la nuit de vendredi à samedi que les forces israéliennes opéraient "à l'intérieur de la bande de Gaza comme elles l'ont fait" en conduisant une incursion la nuit précédente.


Vendredi soir, le ciel au-dessus de la bande de Gaza, où s'entassent quelque 2,4 millions d'habitants privés de tout, était rouge et orange, embrasé par les explosions et les couleurs des incendies déclenchés par les frappes, selon des images en direct de l'AFP.


Ces frappes, que l'armée israélienne a annoncé vendredi avoir intensifié "d'une manière très significative", ont atteint une ampleur inédite depuis le début de la guerre déclenchée par l'attaque du Hamas sur le sol israélien il y a trois semaines. Dans le même temps, les communications et internet ont été coupés à Gaza, selon le gouvernement du Hamas.


Le ministère palestinien de la Santé a annoncé que 7 326 personnes, dont plus de 3 000 enfants, avaient été tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre avec Israël. Toujours selon ce bilan publié quotidiennement par le ministère de la Santé, près de 19 000 personnes ont été blessées. 

Source :Avec AFP, Reuters et AP