29/11/2022
En Somalie, le siège de l’hôtel Villa rose, occupé par des djihadistes depuis dimanche, est terminé


Au moins huit civils ont été tués dans le siège d'un hôtel attaqué dimanche 27 novembre par des jihadistes shebab, à Mogadiscio, a annoncé lundi le porte-parole de la police somalienne. "L'opération de ratissage à l'hôtel Villa Rose est terminée", a-t-il ajouté. "Les forces de sécurité ont réussi à secourir environ 60 [civils], et aucun n'a été blessé", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'un membre des forces de sécurité avait également été tué.


Le porte-parole de la police somalienne a indiqué que l'attaque avait été menée pendant presque 21 heures par six personnes. "Cinq ont été abattues et une s'est fait exploser", a-t-il déclaré. Les shebab, groupe affilié à Al-Qaïda qui tente de renverser le gouvernement central somalien depuis 15 ans, ont revendiqué l'attaque.


Des coups de feu sporadiques et des explosions avaient été entendus lundi dans la matinée aux alentours de l'hôtel Villa Rose, fréquenté par des hauts fonctionnaires et des parlementaires.


Cette nouvelle attaque est survenue alors que le président somalien, élu en mai, a décidé d’engager depuis trois mois une « guerre totale » contre les Chabab, un groupe affilié à Al-Qaida, qui tente de renverser le gouvernement central somalien depuis quinze ans.


L’armée somalienne, soutenue par l’Atmis, et avec l’appui de frappes aériennes américaines, leur a ainsi repris le contrôle de la province d’Hiiraan et de vastes zones du Shabeellaha Dhexe (appelé aussi Moyen-Shabelle), dans le centre du pays.


Mais les insurgés ont riposté par une série d’attaques sanglantes. Le 29 octobre, deux voitures ont explosé à quelques minutes d’intervalle à Mogadiscio, tuant 121 personnes et en blessant 333 autres. Soit l’attaque la plus meurtrière depuis cinq ans dans ce pays fragile de la Corne de l’Afrique.


Un triple attentat à la bombe à Belet Uen avait aussi fait 30 morts, dont des responsables locaux, au début d’octobre, et au moins 21 clients d’un hôtel de Mogadiscio ont été tués lors d’un siège de trente heures en août.


Selon les Nations unies, au moins 613 civils ont déjà été tués et 948 blessés dans des violences cette année en Somalie, principalement causées par des engins explosifs artisanaux (EEI) attribués aux Chabab. Les chiffres les plus élevés depuis 2017, en hausse de plus de 30 % par rapport à 2021.

RII

Source :AFP