16/09/2022
Hydrocarbures : Le Soudan du Sud abandonne le Kenya et se tourne vers Djibouti pour ses importations de produits pétroliers


Le Sud-Soudan a longtemps compté sur le port de Lamu au Kenya pour assurer ses importations, mais les choses devraient changer au cours des prochaines années.


Le mardi 13 septembre, les gouvernements sud-soudanais et djiboutien ont signé un protocole d’accord qui prévoit que Juba s’approvisionnera désormais en produits pétroliers depuis le port de Djibouti. L’accord permettra au Soudan du Sud de réduire progressivement sa dépendance vis-à-vis du port de Lamu au Kenya.


Il a été signé pendant le South Sudan Oil and Power 2022 conference and exhibition qui vient de s’achever à Juba et implique la construction d’un terminal d’importation spécial qui s’étendra sur une superficie de 3 hectares dans le port de Djibouti.


Selon des explications données par Puot Kang Chol (photo), ministre sud-soudanais du Pétrole, cette décision a un caractère doublement économique. Le port de Djibouti est plus proche des points d’approvisionnement sud-soudanais que le port kényan de Lamu.


De plus, dans la logique de devenir un pôle de la production de produits pétroliers, Juba veut s’appuyer sur Djibouti comme porte d’entrée vers le marché éthiopien qui est l’un des plus dynamiques en termes de consommation de produits pétroliers en Afrique de l’Est.


« Si nous exploitons plus de raffineries, où est notre plus grand marché ? Le plus grand marché est l’Ethiopie. Si l’Ethiopie est le plus grand marché, n’y emmènerez-vous pas vos produits pétroliers ? » a-t-il demandé lors d’une conférence de presse aux journalistes qui ont demandé d’expliquer les enjeux derrière cette démarche.


En 2016, l’Ouganda s’était brusquement rétracté en annonçant qu’elle ferait transiter son pétrole par le port tanzanien de Tanga, plusieurs mois après avoir initialement annoncé que l’infrastructure passerait par le port de Lamu.

AGI

Source :Ecofin