10/08/2016
Clôture d’un atelier de formation et de sensibilisation sur les maladies animales transfrontalières


Le ministre de l’Agriculture, de l’Eau, de la Pêche, de l’Elevage et des Ressources Halieutiques a présidé hier la cérémonie de clôture d’un atelier de formation et de sensibilisation sur les maladies animales transfrontalières.

Cette cérémonie, organisée à l’hôtel "La Palmeraie" d’Ali-Sabieh, a a vu la participation du préfet par intérim de la région, M. Mohamed Houmed Abass, et du directeur de l’élevage et des services vétérinaires, M. Moussa Ibrahim Cheik.

Le présent atelier clôture une série de formations dispensées au niveau local et national. Sa tenue s’inscrit dans le cadre des efforts que le Bureau interafricain des ressources animales de l’Union africaine (UA-BIRA) déploie pour assister les Etats membres de la région de l’IGAD dans la surveillance et la lutte contre les maladies animales. C’est dire l’importance que revêt l’élevage pour les autorités compétentes et les partenaires au développement dans le renforcement de la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.

Des dizaines de jeunes agents volontaires, issus de toutes les localités rurales frontalières des régions d’Ali-Sabieh, de Dikhil et d’Arta, ont suivi les modules de cette formation. Selon la terminologie employée par les animateurs, on les appelle les auxiliaires de l’élevage. Ils sont les premiers surveillants des maladies et informateurs sur le terrain des transhumances des animaux comme les caprins, les bovins et les camélidés.

A l’issue de ces trois jours de formation, les participants ont du intégrer les connaissances élémentaires de la détection des symptômes des maladies animales, la mise en œuvre d’éventuelles enquêtes épidémiologiques et l’élaboration du rapport y afférant, la maîtrise des techniques de la communication.

Pour les vétérinaires et les personnels techniciens de la santé animalière comme les laborantins, ils sont censés améliorer la gestion des laboratoires, la capacité de diagnostic, le partage de l’information au niveau régional, les interventions de lutte contre les maladies, le développement des méthodes standardisées pour neuf maladies animales transfrontalières prioritaires y compris les pratiques de la quarantaine mais aussi l’amélioration de l’efficacité des réponses à apporter face aux urgences sanitaires.

HM

Source :ADI