27/07/2021
L’AFD et TradeMark East Africa signent une convention de financement de 29,9 millions d'euros pour dynamiser le commerce régional dans la Corne de l’Afrique


TradeMark East Africa (TMEA) et l'Agence française de développement (AFD), viennent de signer à Nairobi, au Kenya, une convention de subvention de 29,9 millions d'euros (environ 35,5 millions de dollars) pour contribuer à une intégration économique régionale plus durable et inclusive dans la Corne de l'Afrique.

Ce financement provient de l'Union européenne, qui l'a délégué à l'AFD via une convention de financement totale de 32 millions d'euros, signée une semaine plus tôt entre les deux parties.

Le projet TMEA-AFD se concentrera sur le corridor de Djibouti, principale artère commerciale de l'Éthiopie, tout en soutenant un commerce plus inclusif entre Djibouti et l'Éthiopie. L'objectif global est de renforcer la compétitivité de ce corridor par des améliorations logistiques et réglementaires (réduction des temps de transport et de transit dans les ports et aux frontières, simplification des procédures et réduction des coûts associés).

Le projet permettra également de consolider la capacité des acteurs commerciaux, y compris les plus vulnérables. Il sera mis en œuvre selon quatre axes d'intervention, notamment par la réduction des coûts et des délais des échanges le long du corridor Djibouti-Éthiopie, du port de Djibouti au poste frontière de Galafi et aux ports secs en Éthiopie.

Il s’agit d’un projet qui vise à simplifier et à harmoniser les procédures, normes et réglementations régissant le commerce entre les deux pays, en les mettant en conformité avec les différents accords commerciaux signés, en vue de leur numérisation.

Il constituera surtout un appui aux entreprises et producteurs du secteur de la logistique tant en Éthiopie qu'à Djibouti, et des secteurs d'exportation.
Enfin, le projet vise à apporter un soutien aux populations les plus vulnérables : petits commerçants aux frontières, femmes opérant dans les secteurs d'exportation, etc. pour leur permettre de profiter de ces améliorations.

Dans une intervention faite lors de la cérémonie de signature, le chef de la délégation de l'Union européenne à Djibouti, M. Aidan O'Hara, a indiqué que l'Union européenne travaille en étroite collaboration avec l'AFD et TMEA sur le corridor Djibouti-Addis Abeba.

« Cette initiative de 32 millions d'euros facilitera le commerce et soutiendra les chaînes de valeur le long de cet axe. Le marché unique européen est l'une des plus grandes réalisations de l'Union », a-t-il dit.

« Nous travaillons à l'intégration régionale depuis plus de 70 ans et avons un savoir-faire en la matière. Avec l'AFD et TMEA, nous apportons notre approche #TeamEurope à l'intégration des marchés dans la Corne de l'Afrique et nous sommes convaincus qu'elle stimulera la croissance et créera de nouvelles opportunités pour les entrepreneurs et les consommateurs », a souligné M. O’Hara.

Le directeur régional de l’AFD pour l'Afrique de l'Est, M. Christian Yoka, a quant à lui exprimé sa fierté de mettre en œuvre le premier projet du pilier 2 de l'Initiative pour la Corne de l'Afrique, avec la contribution de l'UE. « Nous sommes également très heureux de mettre en œuvre ce projet avec TMEA et les différentes parties prenantes à Djibouti et en Éthiopie », a-t-il indiqué.

« C'est l'ambition de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), que le groupe AFD soutient également, et c'est l'un des axes de la stratégie régionale de l'AFD en Afrique de l'Est. Nous sommes donc ravis de contribuer à l'amélioration de l'intégration régionale à travers le corridor Djibouti-Addis », a-t-il précisé.

Le président de TradeMark East Africa, l'ambassadeur Erastus Mwencha, a pour sa part souligné que le projet se concentrerait principalement sur les mesures de facilitation du commerce « soft » et d'autres mécanismes de soutien afin d'assurer une grande efficacité le long d'un corridor régional clé pour stimuler le commerce.

Selon lui, en plus de faciliter la circulation des biens et des services le long du corridor, le projet soutiendra l'alignement des régimes commerciaux et des normes entre l'Éthiopie et Djibouti et améliorera le commerce entre les deux nations ainsi que leurs voisins.
La rationalisation, la simplification et l'informatisation des procédures logistiques et commerciales sur le corridor de Djibouti devraient permettre de réduire les coûts et la durée des échanges.

Ce gain de temps et d'efficacité se traduira par une compétitivité accrue des entreprises djiboutiennes et éthiopiennes, garantissant un accès plus facile à la fois aux marchés d'exportation et aux intrants par le biais des importations, ce qui réduira effectivement les coûts de production et attirera les investissements.

Grâce à ces interventions, Djibouti et l'Éthiopie devraient augmenter la valeur de leurs exportations et accéder à davantage de marchés, tant au niveau régional qu'international. Le projet stimulera également le commerce des femmes en leur fournissant connaissances et formations pour favoriser le commerce transfrontalier.

M.Z

Source :ADI